Contrat de travail à durée indéterminée Remplir le modèle

Comment ça marche ?

1. Choisir ce modèle

Commencez en cliquant sur "Remplir le modèle"

1 / Choisir ce modèle

2. Remplir le document

Répondez à quelques questions et votre document type se crée automatiquement.

2 / Remplir le document

3. Sauvegarder - Imprimer

Votre document est prêt ! Vous le recevez aux formats Word et PDF. Vous pouvez le modifier.

3 / Sauvegarder - Imprimer

Contrat de travail à durée indéterminée

Dernière révision Dernière révision 12/03/2024
Formats FormatsWord et PDF
Taille Taille5 à 8 pages
4,6 - 32 votes
Remplir le modèle

Dernière révisionDernière révision : 12/03/2024

FormatsFormats disponibles : Word et PDF

TailleTaille : 5 à 8 pages

Note : 4,6 - 32 votes

Remplir le modèle

Qu'est-ce qu'un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) ?

Un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est un accord où un travailleur accepte de travailler pour un employeur en échange d'une rémunération mensuelle. Ce type de contrat ne prévoit pas de date de fin, ce qui offre une relation de travail stable et durable.

Le contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est généralement conçu pour des emplois à long terme et continue jusqu'à ce que l'une des parties décide d'y mettre fin, soit par démission, licenciement, ou par accord mutuel. Tant que l'employeur et le travailleur sont d'accord, la relation de travail se poursuit indéfiniment.


Quels sont les différents types de contrats de travail ?

Il existe plusieurs types de contrats de travail adaptés à différentes situations professionnelles et exigences légales. Les principaux sont :

  • Contrat de travail à durée indéterminée (CDI) : Utilisé pour des emplois permanents. Il n'a pas de date de fin spécifique et continue tant que l'employeur et le salarié ne le résilié pas.
  • Contrat de travail à durée déterminée (CDD) : Utilisé pour des missions temporaires, il a une date de fin clairement définie.
  • Contrat de travail étudiant : Destiné aux étudiants, il permet de travailler durant les périodes de vacances scolaires ou en parallèle des études.
  • Contrat de travail domestique : Utilisé pour les emplois liés aux services domestiques, comme le ménage ou la garde d'enfants.
  • Contrat de travail pour un travail nettement défini : Utilisé pour des missions précises, généralement pour un projet particulier qui a une durée déterminée. Par exemple, la réalisation d'une campagne marketing spécifique pour le lancement d'une nouvelle gamme de produits. Le contrat de travail prendra fin une fois la campagne achevée.

Ces contrats peuvent être soit à temps plein, soit temps partiel.

  • Temps plein : La durée hebdomadaire d'un contrat de travail est généralment fixée à minimum 38 heures par semaine.
  • Temps partiel : La durée hebdomadaire d'un contrat de travail est inférieur à 38 heures par semaine. La durée est définie par un accord entre l'employeur et le salarié.

Remarque : Un contrat de prestation de service n'est pas un contrat de travail. Il s'agit d'un accord entre un client et un prestataire indépendant, qui fournit un service spécifique sans être sous l'autorité directe du client et sans bénéficier des protections sociales liées aux contrats de travail.


Quel est le type de contrat de travail le plus courant ?

En Belgique, le contrat de travail à durée déterminée (CDD) est très populaire en raison de sa flexibilité.

Toutefois, le contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est souvent recommandé pour sa stabilité et son engagement à long terme. Les salariés en CDI sont généralement plus investis dans leur travail et bénéficient d'une continuité de leurs droits sociaux.


Quelle est la différence entre un contrat de travail et un contrat de prestation de service ?

La différence principale entre ces deux contrats réside dans l'autorité. Dans un contrat de travail, le salarié est sous la direction de l'employeur et bénéficie de droits comme le salaire, les congés payés, et la sécurité sociale. En revanche, un contrat de prestation de service est un accord entre un client et un prestataire indépendant, sans lien de subordination. Le prestataire fournit un service spécifique sans être sous l'autorité directe du client et sans les protections sociales d'un contrat de travail.

Pour en savoir plus, consultez le guide "Comprendre la différence entre le contrat de travail et le contrat de prestation de service".


Est-il obligatoire de rédiger un écrit pour un contrat de travail ?

Non, un contrat de travail n'a pas besoin d'être rédigé par écrit pour être valable et peut être conclu oralement. Cependant, la rédaction d'un contrat écrit offre une protection juridique car, qu'il soit sur papier ou électronique, il permet de prouver les termes convenus et de s'assurer que toutes les parties comprennent et acceptent les termes du contrat. Toutefois, certaines catégories de contrats de travail en Belgique exigent un écrit, notamment :


Que doit contenir un contrat de travail ?

Un contrat de travail doit inclure plusieurs mentions obligatoires pour être valide et complet. Voici les principaux éléments à intégrer :

  • Identité des parties : Noms et adresses de l'employeur et du salarié.
  • Date d'entrée en service : Le jour où le salarié commence à travailler.
  • Lieu de travail : L'adresse où le salarié effectuera son travail.
  • Description du poste : Les fonctions et les tâches spécifiques du salarié.
  • Durée du contrat : Indiquer si le contrat est à durée déterminée ou indéterminée.
  • Rémunération : Le salaire convenu, incluant les éventuelles primes ou avantages (par exemple, chèques-repas, voiture de société).
  • Horaires de travail : Les heures de début et de fin de la journée de travail, ainsi que les pauses et les jours de repos.
  • Régime de travail : Indiquer si le contrat est à temps plein ou à temps partiel, et préciser les horaires dans ce dernier cas.
  • Conditions de renouvellement : Pour les CDD, préciser les modalités de renouvellement du contrat.

En plus de ces éléments obligatoires, il est possible d'ajouter d'autres clauses qui sont optionnelles et qui peuvent servir à protéger le salarié et l'employeur. Voici quelques exemples :

  • Clause de confidentialité : Elle permet à l'employeur d'empêcher le travailleur de révéler à des tiers ou de faire un usage propre des informations confidentielles qui appartiennent à l'entreprise.
  • Clause de non-concurrence : Elle permet à l'employeur d'empêcher le travailleur de lui faire de la concurrence après la fin du contrat en travaillant ou en créant une activité dans le même domaine.


Qui peut conclure un contrat de travail ?

Un contrat de trravail peut être conclu entre les parties suivantes :

  • Employeur : Peut être une personne physique (individu) ou morale (entreprise).
  • Salarié : Toute personne ayant l'âge et la capacité de travailler légalement.

Conditions juridiques spécifiques :

- Âge minimum : Le salarié doit avoir au moins 15 ans et avoir terminé l'enseignement obligatoire à temps plein.
- Capacité juridique : Les parties doivent être capables de comprendre et d'accepter les termes du contrat. Cela signifie qu'elles ne doivent pas être sous tutelle ou curatelle, et doivent être en mesure de prendre des décisions légales.
- Documents nécessaires :
Carte d'identité, numéro de registre national, autorisation de travail (pour les étrangers).


Quelle est la durée des différents contrats de travail ?

  • Contrat de travail à durée indéterminée (CDI) : Un CDI n'a pas de date de fin prédéterminée. Il continue jusqu'à ce que l'employeur ou le salarié décide de le résilier, soit par démission, licenciement, ou par accord mutuel.
  • Contrat de travail à durée déterminée (CDD) : Un CDD a une date de fin spécifique ou est lié à la réalisation d'un événement précis. Un employeur peut conclure jusqu'à quatre CDD successifs, à condition que la durée totale ne dépasse pas deux ans.


Quelles sont les droits et obligations des parties avant la conclusion d'un contrat de travail ?

Avant de signer un contrat de travail, il est important de respecter certaines règles afin d'assurer une relation de travail claire et équitable :

  • Informations sur le poste : L'employeur doit fournir toutes les informations précises sur le travail, que ce soit les tâches, les compétences requises, ou le lieu de travail.
  • Non-discrimination : L'employeur doit évaluer les candidats uniquement sur leurs compétences et leurs expériences, sans discrimination basée sur l'âge, le sexe, la race ou la religion.
  • Vérification des documents : L'employeur a la possibilité de demander des copies des diplômes et des attestations, mais il n'a pas le droit d'exiger des copies certifiées. Il peut vérifier les originaux si c'est nécessaire.
  • Tests et examens : Les tests doivent être pertinents pour le poste et ne doivent pas être discriminatoires. Ils doivent être utilisés uniquement pour évaluer les compétences du candidat sans créer de relation de travail.
  • Confidentialité des données : Les informations personnelles des candidats doivent être traitées avec confidentialité et utilisées uniquement pour le recrutement.
  • Processus équitable : Le recrutement doit être réalisé de manière transparente et juste afin d'offrir à tous les candidats les mêmes chances. Les décisions doivent se baser sur des critères objectifs.


Que faut-il faire après que le contrat de travail a été signé ?

Une fois que le contrat a été signé, une série d'étapes administratives doivent être réalisées avec précision pour être en conformité avec la législation sociale et fiscale belge.

L'inscription auprès de l'ONSS est une démarche obligatoire et constitue la première étape. Il est indispensable de s'inscrire en tant qu'employeur auprès de l'ONSS. Cette inscription peut être faite via la plate-forme en ligne WIDE. Une fois l'inscription correctement effectuée, l'employeur recevra un numéro ONSS définitif et un code Nace qui qualifiera les activités de l'entreprise.

La deuxième étape très importante est la déclaration Dimona auprès de l'ONSS. Cette déclaration permet d'informer l'ONSS de l'engagement du nouveau travailleur au sein de l'entreprise. Il est donc important de réaliser une Dimona pour chaque nouveau travailleur. Pour cette inscription, il est nécessaire de se munir du numéro de registre national du travailleur, de la commission paritaire, du type de travailleur, ainsi que des dates de début et de fin du contrat si celle-ci est connue.

La dernière étape pour la déclaration du travailleur est la déclaration auprès de la DMFA. Celle-ci doit être effectuée trimestriellement et doit être introduite auprès de l'ONSS. Elle regroupe toutes les données de salaire et le temps de travail des travailleurs.

  • Affiliation à une caisse d'assurance familiale

L'affiliation auprès d'une caisse d'assurance familiale est obligatoire. L'inscription doit se faire dans les 90 jours qui suivent l'embauche du travailleur. Dans le cas où l'affiliation n'est pas réalisée dans les 90 jours, l'employeur sera automatiquement affilié à Famifed.

Utile : Il est possible de s'inscrire auprès d'un secrétariat social afin que celui-ci prenne en charge la déclaration ONSS, la gestion et le calcul des salaires, et bien d'autres tâches encore.

  • Souscription à une assurance contre les accidents du travail

L'inscription à une assurance est une obligation légale pour l'employeur et est valable pour tous types de travailleurs, qu'ils soient ouvriers ou employés. Le non-respect de cette obligation peut entraîner des sanctions pénales ou financières.

  • Respect du bien-être au travail

Il est important de veiller au bien-être des travailleurs au sein de son entreprise. Il s'agit également d'une obligation légale, mais cette obligation a un impact direct sur la performance et la satisfaction des travailleurs et peut contribuer de manière positive au succès de l'entreprise. Cette disposition vise à assurer la sécurité, la santé et le confort des travailleurs dans leur environnement professionnel.

  • Rédaction d'un règlement de travail

La rédaction d'un règlement de travail est également une étape obligatoire qui permet de s'assurer que les bases sont clairement établies. Le règlement de travail doit être accessible à tous les travailleurs.


Un contrat à durée indéterminée peut-il être signé aussi bien pour un travail à temps plein que pour un travail à mi-temps ?

Oui, un contrat de travail à durée indéterminée peut être conclu pour un emploi à temps plein ou à temps partiel.

Pour le régime à temps plein, le contrat de travail est généralement conclu pour 38 heures par semaine. Ce régime ne nécessite pas d'être écrit et peut être conclu oralement.

En ce qui concerne le régime à temps partiel, il s'agit d'un travail qui est effectué de manière régulière et volontaire pour une durée inférieure à 38 heures par semaine. Le contrat de travail à durée indéterminée à temps partiel doit être obligatoirement rédigé par écrit au plus tard au moment où le travailleur commence l'exécution de son contrat de travail. Si cet écrit n'est pas réalisé à temps, le travailleur pourra choisir le régime de travail et son horaire parmi ceux qui sont appliqués par l'entreprise.


Y a-t-il des règles spécifiques pour la mise en place du télétravail ?

Le télétravail doit être clairement défini dans le contrat de travail. Voici les éléments essentiels à inclure :

  • Fréquence du télétravail : Spécifier les jours où l'employé travaille à distance.
  • Lieu de télétravail : Indiquer l'adresse où le travail sera effectué.
  • Équipements : Détailler les outils et équipements fournis par l'employeur, comme l'ordinateur ou l'accès internet.
  • Horaires de travail : Préciser les heures pendant lesquelles l'employé doit être disponible.
  • Modalités de supervision : Expliquer comment le travail sera supervisé et évalué.
  • Remboursement des frais : Définir quels frais, comme ceux de connexion internet, seront remboursés par l'employeur.

Bon à savoir : Si le télétravail n'était pas prévu initialement, il est possible de l'ajouter par un avenant au contrat. Cet avenant, signé par l'employeur et le salarié, doit inclure les mêmes éléments qui sont cités précédemment.


Quelles lois sont applicables au CDI ?

La loi du 5 décembre 1968 sur les conventions collectives de travail et les commissions paritaires.

CCT n° 38 concernant le recrutement et la sélection de travailleurs conclue le 6 décembre 1983 au sein du Conseil National du Travail

La loi du 16 mars 1971 sur le travail.

La loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail.


Comment modifier le modèle ?

Vous remplissez un formulaire. Le document se rédige sous vos yeux au fur et à mesure de vos réponses.

A la fin, vous le recevez aux formats Word et PDF. Vous pouvez le modifier et le réutiliser.

Remplir le modèle